265-Libre opinion-L'emploi

Publié le par demosthene


Que n'a-t-on dit et écrit sur l'emploi !

Certains de nos concitoyens cherchent un emploi à Ampus et ils me demandent qu’elle serait mon action pour qu’ils aient du travail.

Cette question sera à poser me semble-t-il à chacun des candidats.

Je vous livre ici aujourd'hui une partie résumée de ma réflexion sur le sujet.

Permettez-moi d’abord de rappeler que l’emploi ne se décrète pas. Le seul exemple connu a été celui d’un état totalitaire, l’Union Soviétique, qui s’est soldé par un fiasco connu de tous. Ainsi, il faut se rendre à l’évidence, tous les demandeurs d’emploi ne peuvent être recrutés par la Mairie. Une commune ne peut créer que les emplois nécessaires à sa bonne gestion et compatibles avec ses ressources budgétaires (tirées de l’impôt).

Par contre, je pense que le rôle d’une collectivité est de créer les conditions propices au développement économique, donc à la création d’emplois.

C’est ainsi, qu’il y a 20 ans déjà, je vous avais proposé de créer à Ampus les conditions pour le lancement d’une station climatique à thèmes : sciences, sports et loisirs. Cette opération aurait pu générer de l’ordre de 200 emplois permanents. Aujourd’hui, pour des raisons indépendantes de ma volonté, ce projet est mort et bien mort, il faut donc trouver autre chose.

En conséquence, je m’engage à me battre avec énergie pour que chaque « niche » économique soit explorée et valorisée pour donner du travail à un maximum de personnes. J’ai des idées assez précises de ce qui peut être fait à Ampus pour la création d’emplois. Ces idées vous seront exposées le moment venu, mais sachez que plusieurs pistes sont possibles et peuvent être fructueuses :
-    la valorisation et l’exploitation économique de notre patrimoine naturel, historique et archéologique,
-    la valorisation et l’exploitation économique des ressources et atouts humains de la commune.

C’est ce que les économistes appellent le développement endogène.

Prenons deux exemples d’activités existantes à valoriser:
-    La balade gourmande,
-    Les visites nocturnes du chemin de l’eau.

Ces manifestations ont un franc succès : plus d’un millier de participants à la balade gourmande (une fois par an) et de 20 à 30 participants à la visite nocturne du chemin de l’eau (une fois par semaine l’été). Dans les deux cas il y a investissement humain (les cordons bleus) ou financier (les investissements lourds réalisés par la collectivité-la CAD), mais aucune retombée économique durable. Des solutions existent pour remédier à cet état de fait. Il faudra les mettre en œuvre, je m'y emploierai.

A vos commentaires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article