96-Gestion municipale

Publié le par demosthene

Bonjour,

Dans la rubrique « Sous Casa rien n’a été fait , sauf… »  je vous présente aujourd’hui les actions de RENFORCEMENT DU PATRIMOINE COMMUNAL (TERRAINS ET BÂTIMENTS). Ces actions, peu visibles, ne sautent donc pas aux yeux. Aussi jugez-en d’après les exemples cités ci-après.

Tout d’abord, pourquoi constituer des réserves foncières ou acquérir des biens immobiliers ? Parce que « gouverner c’est prévoir » et voir le plus loin possible. C’est aussi ce que d’aucuns pourraient appeler le développement durable. C’est à dire penser aux générations futures.

Une commune comme la notre n’est pas financièrement riche (pas d’usine, pas de site de barrage EDF, pas d’hyper-marché…), or, pour la réalisation de projets municipaux d’aménagement, il est souvent indispensable de disposer de biens immeubles, soit pour l’implantation d’activités (un tennis par exemple), soit pour réaliser des échanges, soit pour offrir un terrain à un investisseur (par exemple pour l’installation d’un établissement de soins…).

Donc, les municipalités CASANOVA ont investi pour l’avenir (raisonnablement, en fonction de nos moyens collectifs).

Citons les exemples les plus significatifs.

LES TERRAINS.
La surface de la propriété communale est passée de 246 hectares (en 1983) à 477 hectares (en 2001). Principales acquisitions de terrains:

    -    Prannes (route de Chateaudouble), réserve foncière
    -    "carrière Chioccia" (route de Vérignon), pour protéger la ressource en eau,
    -    cimetière-la Glione, pour la réalisation d’un parking et d’un espace paysager devant le cimetière,
    -    l'Eglisonne, pour l’extension de l’école, de la salle polyvalente…
    -    la Roche Aiguille, pour permettre la réalisation de la déviation,
    -    Marchuon, pour la station d’épuration,
    -    la Rouvière, Pradas, pour la réalisation d’un plan d’eau,
    -    les petites marines (gorges de Ratton), pour l’installation de chemins de randonnées,
    -    les Prés d'Aby, pour une aire de pique-nique et de présentation de la commune,
    -    Reynier, pour le patrimoine archéologique et la restauration à terme du village médiéval,
    -    Lentier, pour la réalisation d’un parking-boulodrome, permettre l’implantation de la station d’épuration et à terme la réalisation de la déviation et peut-être d’une résidence médicalisée ou autre. A Lentier nous avons bénéficié de l’aide de tous et en particulier pour les démarches, de l’aide de la famille BONO,  et de la bienveillance de madame MOURET,
    -    Le Surchâteau-Chemin de Croix (don de l’Abbé VOLPATO et des familles CHAUVIN  et PERRIMOND , pour le patrimoine,
    -    Le Pouvet, pour l’installation du tennis.

LES BÂTIMENTS: 
    -    maison commune, place de la mairie ( actuellement bureaux de Roger MALAMAIRE, Armand MICHEL et  Paul BOULON) ,
    -    maison à Couan (don de Rolf NESSENSOHN), 
    -    maison commune de Lentier, pour permettre la création d’un foyer,
    -    ruine de la rue du Passé, pour curer un foyer de pollution,
    -    ruine de la Bouvesse, dont l’acquisition a permis de réaliser la traverse de la              Bouvesse,
    -    le garage communal de la Roche-aiguille,

Excusez du peu. Si j’en oublie, merci au lecteur averti de me rafraîchir la mémoire.

Il faut préciser que toutes  ces acquisitions l’ont été à l’amiable (avec des négociations, pas toujours facile avec des dizaines de propriétaires*). Quand une certaine rumeur (une de plus) prétend que je n’étais jamais là, chacun pourra juger de mon engagement continu et permanent, sur tous les fronts, pour la commune pendant mes mandats.

Effectivement, quand j’ai  réellement
été indisponible, pour raison professionnelle à l’étranger, j’ai honnêtement préféré renoncer à me présenter à vos suffrages en 2001.

*Je remercie vivement ici tous les propriétaires qui ont bien voulu alors prendre en compte l’intérêt général et consentir les ventes citées.

Il me semble donc que l'on peut parler
de  "gestion de bon père de famille nombreuse."

Un regret cependant. La fin du mandat en 2001, m’a empêché de me porter acquéreur pour la commune du terrain dit « château de la Sigue ». Dommage pour tous que la municipalité actuelle n’ait pas cru bon de faire entrer ce très grand terrain, remarquablement placé dans le giron communal. Que monsieur VIGNAL veuille bien m’excuser, mais il s’est dit alors au Conseil municipal que mes municipalités « avaient assez acheté »... C'est un regret et un avis personnel, sans plus.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article