77-Au revoir Dédé !

Publié le par demosthene

Au revoir Dédé !

Tu ne quitteras pas nos mémoires.

Il aurait été sans doute utile pour ta famille de faire quelques clichés de la foule qui t’a accompagné. Mais, je me suis abstenu. J’avais les larmes aux yeux, comme beaucoup et je n’ai pas eu le courage de fixer ce dernier instant avec toi.

Excuses-moi.

En te suivant je me rappelais, que lors d’un repas à la salle polyvalente, je t’avais accompagné chez toi, pour y chercher ton banjo. Tu avais bien voulu une fois de plus nous faire plaisir et tu nous a joué quelques airs dont tu avais le secret.

Dédé, merci.

Toute ta famille était là, même ton cousin Dédé Blanc des Arcs, qui a pu retrouver Suzanne, perdue de vue.

Il est vrai que traditionnellement, les funérailles ont toujours été l’occasion de se retrouver, et même parfois de régler quelques petits problèmes. C’était de tradition, et j’ai connu plusieurs cas.

Pour tous, les obsèques sont un moment d’émotion, qui n’exclu pas les échanges, même sans rapport avec le défunt.

Merci donc , pour tout, Dédé, en particulier pour les échanges que tu auras permis aujourd’hui, malgré notre immense tristesse. Echanges qui grâce à toi auront sans doute été fructueux.

Que l’amitié et l’affection des Darnagas t’accompagnent.

Commentaire de  Pascale BAGUR, fille aînée de Dédé:

merci pour cet article qui me va droit au coeur. Je suis la fille ainée de Dédé et je saisi cette occasion pour remercier tous les ampusiens (venus si nombreux) qui se sont joints à nous et à notre peine en ces si douloureuses circonstances.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U
Très beau et très émouvant
Répondre
M
je vous envoie un texte ecrit pour Dédé d'Ampus (pas lu à la foule d'amis) mais lu par son petit fils Fabien (seulement à Dédé), avant de fermer la tombe, comme un dernier adieu à son "pépé'.<br /> <br /> Que seront désormais nos fêtes de famille<br /> sans ton banjo<br /> Que deviendront les concours de boules sans le tir de Dédé<br /> Dans le Beaujolais le vin nouveau, pour tes amis, n'aura plus le même goût<br /> Et pout tes deux filles chéries que tu nommais Calette et Ninette<br /> un nouveau vide va s'installer dans leur vie, car, malgré les aléas,<br /> tu as toujours été là, discret, mais présent à leur côté.<br /> Et, tu le seras toujours, elles ne te verront plus, mais tu seras là<br /> Dans le parfum d'une liqueur Corse<br /> Dans le son mélodieux d'une mandoline<br /> Dans le bruit sourd de deux boules qui se frappent<br /> Dans le regard ou le sourire d'un de tes petits enfants<br /> Tu resteras à tout jamais pour elles et pour nous tous......Dédé D"AMPUS.
Répondre
B
merci pour cet article qui me va droit au coeur.<br /> Je suis la fille ainée de Dédé et je saisi cette occasion pour remercier tous les ampusiens (venus si nombreux) qui se sont joints à nous et à notre peine en ces si douloureuses circonstances.
Répondre